Banon – Valensole le 22 Mai

Maubec – Banon le 21 Mai

En route

Nîmes – Maubec le 20 Mai

2005aAujourd’hui, vu que je ne trouvai pas d’hébergement à Avignon (et que j’avais envie de nature), j’ai directement plongé dans le parc naturel du Lubéron (en passant par Tarascon et Saint-Rémi-de-Provence), dans un petit village nommé Maubec. Je suis accueilli par Cécile, jeune maman dont son fils (Charly !) est parti à vélo vers le Portugal pour atteindre la Colombie (j’espère qu’il sait nager).
Ces deux jours de reprise ont été fort agréables, et j’ai réussi à obtenir quelques objectifs intermédiaires, ces petits riens qui te font vraiment dire que le voyage avance bien (des achievements en somme, diraient les joueurs de jeux vidéo) :
- J’ai atteint 1000km pendant ma visite de Nîmes 100km
- J’ai changé de région ! Bye bye l’Occitanie, bonjour le PACA !
- J’ai franchi le Rhône ! La frontière n’est plus très loin !
Sinon, j’ai fait ma première « tanguy* » à Nìmes. J’ai roulé sans m’en rendre compte avec les tendeurs de mon porte-bagage détachés. Évidemment, il y en a un qui s’en enfargé dans un des rayons de ma roue arrière. Heureusement, la roue et les rayons n’ont rien (le tendeur a cédé avant), mais ça a détruit un partie de mon porte-bagage (neuf !). Heureusement, ça ne gène pas pour la pose de mes sacoches, donc je peux continuer l’aventure comme ça !
Je vais rester les prochains jours pour visiter le Lubéron et le Verdon !
* tanguy : n.f. petite bourde, gaffe, oublie ou étourderie sans grandes conséquences

On the road again ! Montpellier – Nîmes Le 19 mai

19Every cloud has a silver lining.

C’est une expression anglaise qui signifie qu’il y a du bon dans chaque malheur (je ne sais pas trop s’il existe une expression équivalente en français). Et en effet, mon arrêt technique forcé à Toulouse m’a permis de fêter en famille les 1 an de mon neveu Charlie !
Mon attente n’a pas été trop longue ! J’ai reçu le fameux sésame à rayons hier  jeudi , et ce matin à 7h , j’étais déjà dans le train pour Montpellier ! Et hop, le voyage reprend là il s’était interrompu : direction Nîmes (en passant par une autre route, on n’est jamais trop prudent…).
Le voyage jusqu’à la cité romaine s’est déroulé, toujours grâce à mon GPS anti-voiture. Par contre, il y a un prix à payer à s’éloigner des hostiles automobiles : j’ai dû traverser un ruisseau en portant le vélo ! Je n’ai pas de photo, mais imaginez que j’avais de l’eau jusqu’à la taille (ce n’est pas vrai, mais imaginez…), mon épopée sera ainsi plus épique.
À Nîmes, j’ai été accueilli par un enseignant-chercheur (en physique-mathématique, dans le domaine des vagues… je sais, c’est plutôt vague, comme domaine…) qui a adoré mon projet, et m’a confié qu’il avait aussi fait un break de 4 mois pendant son doctorat : lui est parti en ascète dans les montagnes boliviennes… J’ai passé une super soirée, invité à une fête chez le voisin, qui fêtait son anniversaire à grand coup de champagne, vin rouge et de grillades.

 

Epic fail ! sur la route de Nîmes Le 15 Mai

Epic failJ’étais reboosté pour reprendre le voyage jusqu’à Nîmes… Et là, patatrac ! À Teyran, à une quinzaine de km de Montpellier, je perds l’équilibre à cause d’un revêtement de route un peu abîmé. Une petite chute que je pensais sans conséquence (je me suis pas fait mal), mais mon vélo en a décidé autrement : la roue est complètement voilée et je ne peux plus continuer ! J’ai dû me résigner à rebrousser chemin et retourner à Montpellier. J’ai été aidé pour ça par un habitant du coin, qui m’a pris spontanément en stop et m’a amené jusqu’à la plus proche station de tram. À Montpellier, deuxième coup dur, aucun magasin n’a la roue dont j’ai besoin en stock, et je dois attendre quelques jours pour qu’on me l’a commande… Aïe… Vu que je suis pas très loin de Toulouse, je décide de prendre le train pour revenir chez mes parents et je commande ma nouvelle roue ici.

Je vais donc rester quelques jours à Toulouse et repartir dès que possible (dans la semaine normalement). Je continuerai alors mon voyage où je l’ai laissé : direction Nîmes !

A Montpellier pour le week-end du 13 au 14 mai

1405Petite halte à Montpellier pour 2 nuits, chez des warmshowers, une famille (les deux parents et des enfants de 7 à 12 ans) qui a fait le tour du monde à vélo. Super rencontre, où j’ai eu pas mal de conseils pour mon voyage. Dimanche, j’ai pu passer la journée en ville, sans mon vélo, pour me reposer, où je suis notamment tombé par hasard sur un festival de jeu de société !

Sète – Montpellier Le 13 Mai

1305aPetite étape de 40km pour atteindre Montpellier. Un petit merci d’ailleurs à mon GPS, qui fait tout pour me trouver le chemin le plus sûr possible. Résultat : je n’ai croisé quasiment aucune voiture pendant le trajet. En revanche, ça me fait passer quelque fois par des chemins un peu… bucolique, comme ce chemin de randonnée. Mais au moins, ça fait découvrir du pays !

Béziers – Sète Le 12 Mai

1205aMe voila arrivé à Sète, (et j’ai croisé pour la première fois du voyage la Méditerranée !). J’ai pu visiter la ville, avec Céline et Maëlic comme guides. Céline et Maëlic, des ami.e.s de mes parents, qui m’ont superbement reçu chez eux.

Poursuivre la lecture ‘Béziers – Sète Le 12 Mai’

Blomac – Beziers Le 11 Mai

1105a Les deux derniers jours sur le canal se sont déroulés sans encombre, en évitant le plus possible toutes les pistes « tape-cul ». J’ai passé une nuit dans les faubourgs de Béziers, mais je n’ai pas jeté un œil à la cité bittéroise (par fierté républicaine, sans doute, motif un peu puéril…)

Montreal – Blomac Le 10 mai

1005a

Visite de Carcassonne

J’ai fait aujourd’hui une plus petite étape pour retrouver le canal, visiter Carcassonne (sorte de ville-musée, un peu remplie de magasins et de touristes) et bivouaquer près du canal.

Un petit mot sur les « pistes cyclables » du canal : l’état de la piste change souvent pendant le trajet, elle varie de « très mauvaise » à « je ne savais pas qu’il fallait une machette ». Heureusement il a souvent la possibilité de prendre des routes avec peu de voitures qui longent le canal. Cependant, le concepteur du trajet cyclable (être probablement venu des enfers) a eu l’idée géniale (et machiavélique) de mettre un beau revêtement dans les départs de pistes cyclables, au moment de faire un choix entre la piste et la route, afin de berner les cyclotouristes imprudents. Évidemment, après quelques centaines de mètres, la piste devient boueuse et pleine de crevasses.

Poursuivre la lecture ‘Montreal – Blomac Le 10 mai’

123


Legroupedemrbouteloup |
Stage Bonn 2017 |
Les Chalets d'Arrondaz 1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus